In Memoriam Pierre Guillaume

Le 72e Congrès de la Fédération Historique du Sud-Ouest à Bazas s’était déroulé sans la silhouette familière de son président d’honneur Pierre Guillaume qui, bien qu’ayant quitté la Présidence il y a dix ans, revenait pour tous les Congrès en raison d’un profond attachement aux sociétés savantes et pour nous livrer des réflexions toujours judicieuses et volontiers décapantes. Le signe était mauvais car nous le savions alité à la suite d’une fracture de la jambe.

Cette nuit du 26 octobre 2019, Pierre Guillaume s’en est allé. La communauté des historiens bordelais perd ici un de ses plus brillants représentants. Ancien élève de l’école normale de Saint-Cloud, agrégé d’histoire, Professeur émérite à l’université Bordeaux Montaigne, il était aussi à l’aise dans les grandes synthèses que dans les travaux de recherche. Esprit très mobile portant un regard volontiers acéré sur ses semblables, toujours libre dans ses convictions et novateur dans ses conclusions, son regard nous manquera à tous. Je garde pour ma part un souvenir très ému de l’excellent historien qu’il était. Son précis de démographie historique rédigé avec Jean-Pierre Poussou passionna le jeune étudiant que j’étais car il dévoilait tous les mystères de la discipline. Beaucoup plus tard, professeur de Khâgne, j’eus bien souvent recours à deux livres remarquables : Le monde colonial au XIXe-XXe siècles publié chez Armand Colin et la société française au XXé siècle chez Masson. Beaucoup plus que des synthèses, ces deux ouvrages révèlent l’ampleur des visions de Pierre Guillaume.

Il n’avait pas hésité en 2009 à me solliciter pour assurer sa succession à la tête de la Fédération Historique car il faisait partie de ce petit nombre d’universitaires qui n’hésitent pas à faire appel aux nouvelles générations. Il revint systématiquement dans nos réunions sans jamais entraver mon action, bien au contraire. Pierre Guillaume n’était pas de ceux qui quittent le navire.

Jusqu’à son dernier souffle, il n’aura jamais cessé d’écrire car il savait que le plaisir du texte est notre refuge qui nous permet à tous de travailler de manière jubilatoire loin des tracas du quotidien. Sa thèse d’Etat, ouvrage remarquable, portait sur La population bordelaise au XIXe siècle et je lui avais confié en co-rédaction avec Sylvie les deux derniers chapitres de l’Histoire de Bordeaux qui vient à peine de sortir aux Presses universitaires de Rennes et qu’il aura eu le temps de voir. Comme un signe intellectuel fort qui nous lie désormais… Une boucle qui se boucle, une porte qui se ferme et nous pensons avec émotion à Sylvie compagne de tous les instants, à ses filles et à ses petits-enfants dont il était fier auxquels nous adressons nos très sincères condoléances. Adieu Pierre, tu es toujours parmi nous car il nous reste tes livres et tes articles….

Michel Figeac

Président de la Fédération Historique du Sud-Ouest

Président de la Société Historique de Bordeaux



Citer ce billet
Caroline Le Mao (2019, 28 octobre). In Memoriam Pierre Guillaume. FHSO. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oq6g

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.