74e congrès AAC Les imaginaires urbains

Les 22 et 23 octobre 2022, la FHSO et l’Académie des sciences, lettres et art d’Agen organisent le colloque “Entre imaginaires et matérialités, le fait urbain en Aquitaine, de l’Antiquité à nos jours”

À la croisée de l’histoire, de l’histoire de l’art, de l’urbanisme, voire de la philosophie, le congrès de la FHSO invite en 2022 ses contributeurs à interroger les « imaginaires urbains » compris comme les représentations iconiques ou textuelles des bourgs, villages et villes d’Aquitaine. Ces représentations constituent le fait urbain comme objet d’un imaginaire individuel ou collectif, qui est ensuite diffusé par différents canaux que nous nous proposons d’analyser et de contextualiser.

En effet, à bien des égards, la région fut caractérisée par de très forts imaginaires urbains dont certains prirent forme, à l’instar des bastides, quand d’autres ne dépassèrent pas le stade de l’utopie. Ainsi, les bastides jouèrent un rôle important dans la structuration de l’espace en Agenais qui en compte une quarantaine. Ces villes et villages bâtis sur un terrain octroyé par un suzerain, qu’il soit laïc et/ou religieux, durent être conçus, considérés, pensés en amont. Il fallut anticiper leurs caractéristiques, tant dans leur trame urbaine que dans leur mode d’organisation sociale et politique.

Si les imaginaires urbains peuvent tendre vers des projections plus ou moins lointaines (par exemple dans le cadre d’un discours électoral), ils peuvent également figer les représentations mentales dans un passé parfois fantasmé, à l’instar d’un tourisme culturel autour des bastides vanté le long de l’autoroute du Sud-Ouest. On pourra aussi interroger des représentations tenaces comme celle de Bordeaux, « Belle Endormie ».

Pour étudier ce thème, plusieurs pistes, non exhaustives, peuvent être envisagées.

  • On peut étudier dans un premier temps les projets urbains, parfois utopistes, qui émergèrent depuis l’Antiquité dans les villes, bourgs et villages du Sud-Ouest. Ces projets présentent tous le point commun de proposer une vision de la ville en rupture avec la tradition, par exemple à l’image des bastides ou des projets de l’intendant Dupré de Saint-Maur qui voulait entourer Bordeaux d’une ceinture de canaux ou de l’architecte Cyprien Alfred Duprat qui imagina au début du XXe siècle des rues à double étage dans les rues de Bordeaux, adaptés aux différents usagers de la voirie. On pourra éclairer en quoi ces projets sont l’émanation d’une volonté publique, d’initiatives individuelles, de besoins économiques et sociaux.
  • Dans un second temps, on pourra aussi évoquer les représentations urbaines, qu’elles soient véhiculées par les vitraux, les manuscrits, les plans, la littérature ou plus récemment par les médias : comment ces espaces sont-ils perçus, quelles caractéristiques saillantes frappent l’imagination des contemporains, ces représentations sont-elles réalistes ? Dans ce cadre, on pourra mobiliser les récits, les lettres, les mémoires d’étrangers de passage qui nous ont laissé la trace de leurs impressions et qui ont su confronter ces bourgs et ces villes à leurs imaginaires à l’instar du parlementaire et poète Elie de Bétoulaud qui imaginait à la fin du XVIIe siècle une « Bordeaux capitale » ou des projets de l’ingénieur Lomet qui proposait des aménagements d’ Agen à la fin du XVIIIe siècle.
  • Un troisième axe de réflexion pourra envisager les images, descriptions ou allégories en Aquitaine d’espaces urbains extraterritoriaux réels, fictifs, voire sacrés, à l’image des représentations de la Jérusalem céleste sur les chapiteaux des églises et des cathédrales. En effet, comment les artistes commandités retranscrirent-ils dans les textes et les images les propos théoriques des théologiens ou des précepteurs royaux. Existe-t-il une spécificité aquitaine en la matière ?
  • On pourra également s’intéresser aux hommes et aux femmes qui ont été les usagers des bourgs, villages et villes, ceux qui les ont construits, dirigés, administrés et tout simplement habités. Afin de voir la mise en pratique de certains de ces imaginaires et de s’interroger sur leur réalisation et leur évolution.

Les propositions de contribution doivent parvenir avec titre et 10-15 lignes de présentation avant le 15 février 2022 à la Fédération historique (emilie.champion@yahoo.fr / MSHA, 10 esplanade des Antilles, 33600 PESSAC) et/ou à l’Académie d’Agen (soc.acad.agen@gmail.com / Académie des Sciences d’Agen, 9 boulevard de la République, 47000 AGEN)

Les textes à publier devront être envoyés avant le 30 novembre 2022 pour une publication dans le courant 2023.

                                                                          Stéphanie  Le Gallic  et Pierre Simon.

______________________________________________________________________

Coupon à renvoyer par mail à : à la Fédération historique (emilie.champion@yahoo.fr / MSHA, 10 esplanade des Antilles, 33600 PESSAC) et/ou à l’Académie d’Agen (soc.acad.agen@gmail.com / Académie des Sciences d’Agen, 9 boulevard de la République, 47000 AGEN) 

NOM :

Prénom :

Institution (éventuellement) :

Coordonnées :

Propose une communication au Congrès de la FHSO 2022 sur le sujet suivant :

argumentaire (5 – 8 lignes)



Citer ce billet
Caroline Le Mao (2021, 15 décembre). 74e congrès AAC Les imaginaires urbains. FHSO. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oq6m

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.